Profil d'espèce

Caribou Population boréale

Nom scientifique : Rangifer tarandus
Autres noms/noms précédents : Caribou des bois (Population boréale)
Taxonomie : Mammifères
Répartition du COSEPAC : Yukon, Territoires-du-Nord-Ouest, Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario, Québec, Terre-Neuve-et-Labrador
Date de l’évaluation et le changement de statut: novembre 2014
Statut du COSEPAC : Menacée
Critères d'évaluation du COSEPAC: A3bc+4abc
Justification de la désignation du COSEPAC: Cette population est présente naturellement à de faibles densités dans des habitats de forêt boréale mature du Labrador au Yukon, avec de petites populations isolées dans la partie sud de l’aire de répartition, incluant le long de la côte du lac Supérieur et dans la région de Charlevoix au Québec. Au cours du dernier siècle, des sous-populations locales ont disparu; l’aire de répartition s’est contractée à partir du sud résultant ainsi en une perte pouvant atteindre jusqu’à 50 % de l’aire de répartition historique dans certaines régions. Malgré de considérables efforts de conservation, des déclins à l’échelle de l’aire de répartition se sont poursuivis depuis la dernière évaluation en 2002, particulièrement en Alberta, dans le nord-est de la Colombie-Britannique et au Labrador. Certaines populations demeurent peu suivies, particulièrement celles dans la partie nord de l’aire de répartition. Pour 37 des 51 sous-populations où des données sur les tendances sont disponibles, 81 % sont en déclin, tel qu’indiqué par des taux de croissance démographique négatifs. Certaines des sous-populations les plus intensivement gérées peuvent demeurer gravement en péril. Les déclins sont principalement dus à une prédation accrue et à la perte d’habitat, cette dernière découlant de la combinaison de perturbations anthropiques (extraction de ressources naturelles) et naturelles (incendies). La prolifération d’éléments linéaires dans les paysages tels que les routes et les lignes sismiques facilite la prédation par les loups, et la conversion de vieux peuplements matures de conifère en stades de succession plus jeunes favorise une augmentation d’autres proies telles que l’orignal et le cerf de Virginie. Les changements dans la partie nord de l’aire de répartition du cerf de Virginie, en passant par des changements du paysage, apportent également de nouveaux parasites dans des parties de l’aire de répartition de cette population. Dans certaines régions, la chasse excessive constitue une menace pour la conservation à long terme. Les menaces sont étroitement liées et agissent cumulativement pour exercer un impact sur cette population. Les augmentations de population semblent peu probables dans le tiers des sous-populations où les perturbations dépassent un seuil de viabilité. Un déclin >30 % de la population est prévu à court terme.
Historique du statut du COSEPAC: La population boréale a été désignée « menacée » en mai 2000. Cette population nouvellement définie se compose d'une partie de la « population de l'Ouest » dont la désignation a été désactivée et de toute la « population Labrador-Ungava » dont la désignation a été désactivée. Réexamen et confirmation du statut en mai 2002 et en novembre 2014.
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2003-06-05

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Taxinomie | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Caribou

Caribou  Photo 1

Haut de la page

Taxinomie

Il reste de l’incertitude quant à la façon dont les différents groupes de caribous sont apparentés. Les progrès de la technologie de l’analyse génétique ont permis d’éclaircir certaines questions, mais les études se poursuivent. En attendant d’en savoir davantage, on classe les caribous par écotype (selon l’endroit où ils sont présents et d’après leur comportement) pour les gérer et assurer leur conservation. Il existe trois grands types de caribous au Canada : le caribou de Peary, le caribou de la toundra et le caribou des bois. La sous-espèce dawsoni, traditionnellement regroupée avec le caribou des bois, est disparue. Les résultats de recherches récentes indiquent que les caribous du troupeau Dolphin et Union sont uniques. Ils ressemblent à de gros caribous de Peary mais, sur le plan génétique, semblent plus près du caribou de la toundra. On ne trouve le caribou de Peary, la plus petite et la moins bien connue de ces trois races, et celle dont la robe est la plus pâle, que dans les îles de l’archipel Arctique. Ces caribous ont accès à un vaste territoire, mais dont une portion limitée seulement renferme un habitat convenable. Le caribou de la toundra, un peu plus gros et de couleur un peu plus foncée, est présent pendant toute l’année, ou presque, dans la toundra, de l’Alaska à l'île de Baffin. Il s’agit de la race la plus abondante, et de loin, certains troupeaux du Nord du Canada comptant des centaines de milliers d’individus. Ces caribous effectuent une migration saisonnière, en suivant souvent un parcours prévisible, vers les forêts peu fournies de conifères des zones septentrionales. Le caribou des bois, la race la plus grosse et dont la couleur est la plus foncée, est réparti de façon irrégulière dans l’ensemble de notre forêt et nos montagnes boréales, de Terre-Neuve à la Colombie-Britannique. Le caribou des bois ne migre pas, mais certains troupeaux, en particulier ceux des régions montagneuses, se déplacent à différentes altitudes selon les saisons.

Haut de la page

Description

Le caribou, un très vieux membre de la famille des cervidés, est l’un des gros mammifères les plus largement répandus au Canada. Son nom est probablement une altération du nom micmac « xalibu », qui signifie « celui qui donne des coups de patte ». Le caribou se distingue des autres cervidés par le fait que les deux sexes portent des bois; il arrive toutefois que certaines femelles n’en aient qu’un, ou pas du tout. Les bois poussent si rapidement qu’un mâle adulte peut avoir des bosses veloutées sur la tête en mars et une ramure de plus d’un mètre de long en août. En février, tous les caribous ont perdu leurs bois. Le pelage du caribou des bois est surtout brun en été (plus gris en hiver), mais le cou, la crinière, la bande du bas des épaules, le ventre, le dessous de la queue ainsi qu’une touffe au dessus de chacun des sabots sont blanc crème. Le caribou atteint de 1 mètre à 1,2 mètre de haut à l’épaule et les individus matures pèsent de 110 kg à 210 kg. Le poids moyen des mâles est de 180 kg; celui des femelles est de 135 kg. Les bois du caribou des bois sont aplatis, complexes et compacts par comparaison avec ceux du caribou de la toundra.

Haut de la page

Répartition et population

Le caribou des bois est présent dans cinq des huit aires écologiques nationales reconnues par le COSEPAC et sur tout le territoire du Canada à l’exception de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Nunavut. La population des montagnes du Nord est formée de 36 populations vivant au Yukon, dans les Territoires du Nord Ouest et dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique. La population des montagnes du Sud comprend 26 populations en Colombie-Britannique et 4 en Alberta. La population boréale est répartie sur une superficie immense, allant des monts Mackenzie, au Nord-Ouest, jusqu’au Sud du Labrador, à l’est, et vers le sud jusqu’au lac Supérieur. À Terre-Neuve, il y a, sur la grande île et sur les îles du large, 15 populations naturelles et 22 populations introduites de caribous des bois. La population de la Gaspésie Atlantique, au Québec, est le seul troupeau qui reste au sud du fleuve Saint Laurent. Il est en grande partie confiné au sommet du mont Albert et du mont Jacques Cartier, dans le parc de la Gaspésie, dans la péninsule du même nom. La population boréale de caribous des bois est celle don’t l’aire de répartition est la plus vaste; elle est présente dans les Territoires du Nord Ouest, en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec et à Terre Neuve-et Labrador. Il s’agit peut-être aussi de la population de caribous la moins étudiée. Des recherches récentes ont fait passer le nombre de populations connues à plus de 64, et il faut s’attendre à ce que ce chiffre augmente encore, lorsque des colliers émetteurs seront posés à d’autres individus et que la répartition sera délimitée. Des relevés de populations antérieurs à 2002 estiment à 33 000 le nombre d’individus de la population boréale, ce qui représente 18 p. 100 de tous les caribous des bois du Canada. Les effectifs et les tendances pour la plupart des populations locales de l’aire écologique nationale boréale sont mal connus, car la faible densité des caribous, la grande superficie de la région et la multiplicité des autorités responsables rendent cette tâche difficile. Cinquante deux populations ont été décrites, dont une est à la hausse, six sont stables et douze sont à la baisse; les tendances démographiques ne sont pas connues pour les 33 autres.

Haut de la page

Habitat

En hiver, le caribou des bois fréquente des peuplements mûrs et de vieilles forêts de conifères où se trouvent de grandes quantités de lichens terrestres et arboricoles (qui croissent sur les arbres). Ces forêts sont en général associées à des marais, à des tourbières, à des lacs et à des rivières. En été, le caribou se nourrit de temps à autre dans les peuplements jeunes, après un incendie ou l’abattage des arbres. Il faut en moyenne de 40 à 80 ans dans la forêt boréale méridionale de l’Alberta et de la Saskatchewan, et de 200 à 350 ans en Colombie-Britannique, pour que les habitats reviennent à l’état dans lequel ils étaient avant un incendie. De nombreuses sous-populations de la population boréale manifestent une préférence pour les tourbières; elles évitent en général les forêts coupées à blanc, les habitats où il y a beaucoup d’arbustes et les sites dominés par les peupliers faux-trembles. Les arbres les plus communs dans leurs habitats de prédilection sont l’épinette noire, l’épinette blanche et le mélèze laricin.

Haut de la page

Biologie

Le caribou est bien adapté à son milieu. Il a un corps compact, de petites oreilles et une queue courte, et même son museau est recouvert de poils courts qui le protègent de la neige et de l’air froid. Le pelage du caribou est constitué d’une fine bourre crêpée recouverte d’une couche épaisse de jarres (poils raides). Les jarres sont creux comme des pailles, et l’air qu’ils emprisonnent sert d’isolant qui permet au caribou de conserver sa chaleur corporelle. Le caribou est un excellent nageur, et ces poils creux l’aident aussi à flotter dans l’eau. Le caribou a de larges pieds à quatre doigts. Outre deux petits doigts, appelés « ergots », il est pourvu de deux doigts larges en forme de croissant qui supportent la plus grande partie de son poids et lui servent de pelle lorsqu’il creuse la neige pour trouver de la nourriture. Ces gros sabots concaves assurent sa stabilité sur les sols humides et détrempés et sur la neige croûtée. Les coussinets des sabots, épais et charnus en été, deviennent durs et minces pendant les mois d’hiver, ce qui réduit l’exposition de l’animal au froid. Les longs poils entre les « doigts » lui offrent une protection hivernale supplémentaire : ils recouvrent les coussinets, si bien que le caribou ne marche que sur le rebord corné des sabots. La période du rut, c’est à-dire de l’accouplement, a généralement lieu à la fin de septembre et pendant la première moitié d’octobre. Les femelles peuvent commencer à se reproduire dès qu’elles ont 16 mois; la plupart s’accouplent chaque année à partir de 28 mois et donnent en général naissance à un seul petit le printemps suivant (de la mi mai à la mi juin). En théorie, les mâles peuvent se reproduire lorsqu’ils ont de 18 à 20 mois, mais la plupart n’ont probablement pas l’occasion de le faire avant d’avoir trois ou quatre ans. Pendant le rut, les mâles se livrent avec leurs bois à des combats fréquents et acharnés. Les gros mâles à la ramure imposante sont ceux qui s’accouplent le plus. Pour mettre bas, les femelles se rendent dans des endroits isolés, où il y a relativement peu de prédateurs, comme les îles dans un lac, les tourbières, les rives des lacs ou la toundra. La taille des groupes est plus faible pendant la période de la mise bas et durant l’été qu’en d’autres moments; elle augmente avant le rut et peut diminuer ou augmenter pendant l’hiver. En toutes saisons, les groupes de caribous qui fréquentent la forêt et la toundra sont plus gros que les groupes de caribous des bois. Le taux de survie des petits atteint en moyenne de 30 à 50 p. 100, mais peut varier entre presque rien et 100 p. 100. La survie des petits est déterminée par de nombreux facteurs, y compris la quantité d’aliments et leur qualité (pour les femelles en gestation et pendant la première année de leur vie), le nombre de prédateurs et la température. Le taux de survie pouvant être très élevé, une population peut augmenter rapidement lorsque les conditions sont favorables. Le caribou est un animal qui broute ce qu’il trouve. Il se nourrit surtout le matin et à la fin de la soirée, et se repose au milieu du jour et de la nuit. Il s’agit du seul gros mammifère dont les lichens peuvent constituer le principal aliment. Dans son estomac se trouvent des bactéries et des protozoaires spécialisés qui digèrent avec efficacité les lichens, et lui permettent de tirer profit de cette riche source d’aliments pendant l’hiver, moment où les autres aliments sont rares. Son sens de l’odorat est par ailleurs excellent et l’aide à trouver les lichens sous la neige. Les loups, les ours, les coyotes, les couguars et les lynx se nourrissent de caribous, qui sont aussi chassés par l’être humain. Les caribous se déplacent constamment. Les prédateurs et les parasites ne peuvent donc pas savoir où ils se trouveront, et les endroits où il y a des lichens ne sont ni sur utilisés ni piétinés.

Haut de la page

Menaces

La destruction de son habitat, la chasse, les perturbations causées par l’être humain (y compris la construction de routes et de pipelines) et la prédation (par les loups, les coyotes et les ours) ont tous joué un rôle dans le déclin des effectifs des caribous des bois. En de nombreuses parties de son aire de répartition, les pratiques forestières et le développement de l’agriculture et de l’exploitation minière ont entraîné la disparition, la modification et la fragmentation d’un milieu important pour le caribou. Des facteurs qui échappent à notre contrôle, comme la température et le changement climatique, ont également une influence. Un des défis actuels de la gestion du caribou est d’en apprendre davantage sur les interactions entre ces facteurs pour réduire la menace qu’ils font peser sur les populations de caribous des bois.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Caribou des bois, Population boréale, est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Les caribous des bois appartenant à la population boréale se trouvent dans de nombreux parcs nationaux où ils sont protégés par la Loi sur les parcs nationaux du Canada. L’espèce est protégée également par la Endangered Species Act de Terre-Neuve-et-Labrador, la Loi sur la faune des Territoires du Nord-Ouest, la Wildlife Act de l’Alberta et la Loi sur la protection du poisson et de la faune de l’Ontario.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la population boréale du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Nom : Programme de rétablissement modifié du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada
État d'avancement : Versions proposées affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de gestion du Caribou des bois - Population boréale (SK)

  • Gigi Pittoello - Président/Contact - Gouv. de la Saskatchewan
    Tél. : 306-787-2751  Envoyer un courriel
  • Tim Trottier - Président/Contact - Gouv. de la Saskatchewan
    Tél. : 306-425-4237  Envoyer un courriel

Équipe de rétablissement du Caribou des bois - Population boréale (BC)

  • Gerry Kuzyk - Président/Contact - Gouv. de la Colombie Britannique
    Tél. : 250-387-5842  Téléc. : 250-356-9145  Envoyer un courriel

Équipe de rétablissement du Caribou des bois - Population boréale (NL)

  • Robert Otto - Président/Contact - Gouv de Terre-Neuve-et-Labrador
    Tél. : 709-637-6200  Téléc. : 709-639-7591  Envoyer un courriel
  • Isabelle Schmelzer - Président/Contact - Gouv de Terre-Neuve-et-Labrador
    Tél. : 709-637-2051  Téléc. : 709-637-2004  Envoyer un courriel

Équipe de rétablissement du Caribou des bois - Population boréale (ON)

  • Ted Armstrong - Président/Contact - Gouv. de l'Ontario
    Tél. : 807-475-1127  Téléc. : 807-473-3023  Envoyer un courriel

Équipe de rétablissement du Caribou des bois de l'Alberta

  • Dave Hervieux - Président/Contact - Gouv. de l'Alberta
    Tél. : 780-538-5618  Téléc. : 780-538-5622  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent La planification du rétablissement s’effectue à la fois au niveau fédéral et au niveau provincial-territorial afin de répondre à des situations uniques qui se présentent dans tout le pays. Le programme national s’efforce de circonscrire les questions importantes à l’échelle nationale et de guider les provinces et la territoire qui planifient et mettent en œuvre le rétablissement du caribou dans leurs compétences. Résumé des activités de recherche et de surveillance Plusieurs des aires de répartition du caribou ont été cartographiées et la répartition et les tendances démographiques locales ont été inventoriées. Les facteurs limitatifs et les exigences en matière d’habitat de la population boréale du caribou des bois ont fait l’objet de recherches. Ces renseignements combinés servent de fondement pour définir et mettre en place des mesures de rétablissement tant à l’échelle nationale que provinciale. Résumé des activités de rétablissement Dans toute la forêt boréale du Canada, les gouvernements, les groupes d’intérêt et certaines industries touchées ont entrepris un large éventail de mesures de gestion et de protection de la population boréale du caribou des bois et de son habitat. L’exploitation forestière et d’autres activités industrielles ont été planifiées et exécutées de manière à prendre en compte les exigences du caribou en matière d’habitat. Des lignes directrices sur l’aménagement et les opérations ont été rédigées par quelques compétences pour les activités industrielles ayant lieu dans l’habitat du caribou. La chasse au caribou a été fermée, limitée et/ou gérée, soit de façon volontaire dans le cadre de programmes d’intendance ou également par des règlements. D’autres activités d’intendance comprennent la restauration de l’habitat, les communications avec les collectivités autochtones afin de les inciter à appuyer et à accepter la situation et le rétablissement de la population boréale du caribou des bois, et la participation des intervenants à la surveillance, à la gestion et à la conservation. Du matériel de communication et d’information éducatif sur le caribou a été préparé et distribué à divers groupes d’intérêt et au grand public. Adresses URLAlberta Species at Risk Program :http://www3.gov.ab.ca/srd/fw/speciesatrisk/index.html (en anglais seulement)Parcs Canada : Le caribou des forêts du parc national Jasper :http://www.pc.gc.ca/pn-np/ab/jasper/ne/ne8_F.asp

Faune et flore du pays: Caribou: http://www.hww.ca/hww2_f.asp?id=85

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

40 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports sur les progrès de la mise en œuvre du document de rétablissement

  • Rapport sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada, 2012 à 2017 (2017-10-31)

    Le caribou des bois, population boréale (aussi appelé caribou boréal) a été inscrit à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) à titre d’espèce menacée en juin 2003, lors de l’entrée en vigueur de la LEP. Le Programme de rétablissement du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada a été publié dans le Registre public des espèces en péril le 5 octobre 2012. La ministre de l’Environnement a préparé le présent rapport sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement pour la période de 2012 à 2017, conformément à l’article 46 de la LEP. Environnement et Changement climatique Canada a mené l’élaboration du rapport sur les progrès. Les provinces, les territoires, les conseils de gestion des ressources fauniques, les peuples autochtones, les intervenants de l’industrie, les organisations non gouvernementales de l’environnement, Parcs Canada et Ressources naturelles Canada ont tous contribué à fournir les renseignements nécessaires à la rédaction du rapport sur les progrès.

Accords de conservation

  • Accord : Conservation du caribou des forêts boréales de la Territoires du Nord-Ouest (2019-03-13)

    La présente entente vise principalement à exposer les mesures que les parties prendront au cours des cinq prochaines années pour appuyer la conservation et le rétablissement du caribou boréal dans les Territoires du Nord-Ouest, conformément aux objectifs en matière de population et de répartition énoncés dans le Programme de rétablissement de la population boréale du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada et conformément aux objectifs de conservation et de rétablissement du Programme de rétablissement du caribou boréal (Rangifer tarandus caribou) dans les Territoires du Nord-Ouest.
  • Accord : Conservation du caribou des forêts boréales de la Yukon (2019-06-28)

    L'objectif global de cet accord est de formuler les mesures que les parties prendront au cours des cinq prochaines années pour appuyer la conservation du caribou boréal et pour maintenir son statut d'autosuffisance au Yukon à long terme, conformément aux objectifs de population et de répartition, ainsi qu'aux résultats relatifs à l'habitat essentiel (aire de répartition NT1 du Yukon) décrits dans le Programme national de rétablissement.
  • Accord de conservation du caribou des bois, population boréale, avec les premières nations de Cold Lake (2020-02-10)

    Conformément à l’article 11 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) la ministre d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) peut conclure des accords de conservation qui sont bénéfiques pour une espèce en péril ou qui améliorent ses chances de survie à l’état sauvage. Les parties signataires de l’accord s’engagent à mettre en œuvre des mesures de conservation visant l’atteinte d’objectifs relatifs à la population et à l’habitat. L'objectif global de cette entente est d'articuler la façon dont les parties appuieront, en collaboration, la conservation du caribou boréal.
  • Accord de conservation sur la conservation du caribou des bois de la population boréale (« caribou boréal ») au Labrador (2020-02-14)

    Le but ultime du présent accord est de définir la manière dont les Parties collaboreront pour appuyer le rétablissement du caribou boréal au Labrador.
  • Accord sur la conservation du caribou des bois de la population boréale (« caribou des bois ») en Saskatchewan (2019-06-21)

    Conformément à l’article 11 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) la ministre d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) peut conclure des accords de conservation qui sont bénéfiques pour une espèce en péril ou qui améliorent ses chances de survie à l’état sauvage. Les parties signataires de l’accord s’engagent à mettre en œuvre des mesures de conservation visant l’atteinte d’objectifs relatifs à la population et à l’habitat à court, moyen et long terme. L’accord entre la Saskatchewan et le gouvernement du Canada a pour principal objectif que les populations de caribou des bois deviennent et demeurent autosuffisantes en Saskatchewan.
  • Accord sur la conservation et le rétablissement du Caribou des bois en Alberta (2020-10-23)

    Le but de cet accord est d’établir des mesures de conservation et de rétablissement efficaces qui seront prises par les Parties pour appuyer la conservation et le rétablissement de l’habitat essentiel et des populations locales de caribous des bois en Alberta notamment la conservation et la gestion de l’habitat, la gestion des populations, ainsi que la surveillance des populations et de l’habitat. Les commentaires sont également acceptés sur le site Web du ministère de l'Environnement et parcs de l'Alberta (en anglais seulement) jusqu'au 6 octobre 2019. --->
  • Document d’information concernant l’Accord de partage des coûts relatifs à la mise en œuvre de l’Entente de collaboration pour la protection et le rétablissement des espèces en péril au Québec appliqué au caribou boréal et à son habitat (2020-01-15)

    Cet Accord vise la réalisation d’activités favorisant l’atteinte de l’autosuffisance des populations de caribou boréal dans toutes les aires de répartition au Québec, ce qui contribuera à l’atteinte des objectifs de population et de répartition du Programme de rétablissement du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada. Cet accord pemettra également d’assurer la participation des nations autochtones dans l’élaboration et la mise en œuvre des actions de conservation.

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et de situation du COSEPAC sur le Caribou Rangifer tarandus Population de Terre-Neuve Population de la Gaspésie-Atlantique Population boréale au Canada (2015-12-11)

    Le caribou (Rangifer tarandus) est un cervidé de taille moyenne. Il possède des pattes assez longues et de gros sabots, qui facilitent sa survie dans les environnements nordiques. Le caribou se trouve au centre de la culture, de la vie spirituelle et des modes de subsistance de nombreuses collectivités autochtones et non autochtones partout au Canada. Sa morphologie, son écologie et son comportement sont très variables au sein de l’aire de répartition circumpolaire. En 2011, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a reconnu 12 unités désignables (UD). Trois d’entre elles sont évaluées dans le présent rapport : la population de Terre-Neuve (PTN; UD 5); la population de la Gaspésie-Atlantique (PGA; UD 11) et la population boréale (PB; UD 6).
  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada – Mise à jour (2002-05-01)

    Le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) est un cervidé de taille moyenne (de 100 à 250 kg). La taxinomie (classification) et la systématique (histoire évolutionnaire) du caribou au Canada sont entachées d'incertitude. D'après l'analyse de l'ADN mitochondrial, le caribou a évolué en Amérique du Nord à partir de deux groupes fondateurs (clades) qui se sont différenciés isolément pendant la dernière glaciation Wisconsinien). Le clade du sud est censé avoir évolué au sud de l'inlandsis, et celui du nord dans un refuge glaciaire situé en Alaska et dans l'Arctique canadien adjacent. Les populations ne présentant que les types de gènes du clade du sud étaient la population locale de Pukaskwa, en Ontario, et deux populations de Terre-Neuve. Par contraste, on a trouvé des types de gènes exclusivement nordiques dans quatre populations du Yukon et dans certains écotypes toundra-forêt et toundra du caribou de la toundra (R. t. groenlandicus), dans le Nord du Canada. Dans la plupart des cas, les populations de caribou des bois des montagnes du Sud de la Colombie-Britannique et de l'Alberta, et celles de la forêt boréale et de la taïga canadiennes, présentent des mélanges des deux types (figure 2). Certaines populations « mixtes » de la taïga montrent les deux phénotypes et se comportent comme l'écotype forêt-toundra du caribou de la toundra.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Caribou , Population boréale (2015-12-23)

    Cette population est présente naturellement à de faibles densités dans des habitats de forêt boréale mature du Labrador au Yukon, avec de petites populations isolées dans la partie sud de l’aire de répartition, incluant le long de la côte du lac Supérieur et dans la région de Charlevoix au Québec. Au cours du dernier siècle, des sous-populations locales ont disparu; l’aire de répartition s’est contractée à partir du sud résultant ainsi en une perte pouvant atteindre jusqu’à 50 % de l’aire de répartition historique dans certaines régions. Malgré de considérables efforts de conservation, des déclins à l’échelle de l’aire de répartition se sont poursuivis depuis la dernière évaluation en 2002, particulièrement en Alberta, dans le nord-est de la Colombie-Britannique et au Labrador. Certaines populations demeurent peu suivies, particulièrement celles dans la partie nord de l’aire de répartition. Pour 37 des 51 sous-populations où des données sur les tendances sont disponibles, 81 % sont en déclin, tel qu’indiqué par des taux de croissance démographique négatifs. Certaines des sous-populations les plus intensivement gérées peuvent demeurer gravement en péril. Les déclins sont principalement dus à une prédation accrue et à la perte d’habitat, cette dernière découlant de la combinaison de perturbations anthropiques (extraction de ressources naturelles) et naturelles (incendies). La prolifération d’éléments linéaires dans les paysages tels que les routes et les lignes sismiques facilite la prédation par les loups, et la conversion de vieux peuplements matures de conifère en stades de succession plus jeunes favorise une augmentation d’autres proies telles que l’orignal et le cerf de Virginie. Les changements dans la partie nord de l’aire de répartition du cerf de Virginie, en passant par des changements du paysage, apportent également de nouveaux parasites dans des parties de l’aire de répartition de cette population. Dans certaines régions, la chasse excessive constitue une menace pour la conservation à long terme. Les menaces sont étroitement liées et agissent cumulativement pour exercer un impact sur cette population. Les augmentations de population semblent peu probables dans le tiers des sous-populations où les perturbations dépassent un seuil de viabilité. Un déclin >30 % de la population est prévu à court terme.
  • Énoncés de réaction - Caribou des bois (2004-04-21)

    Un énoncé de réaction est un document de communication qui identifie la façon dont le Ministre de l'environnement a l'intention de répondre à l'évaluation d'une espèce par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Ce document est un point de départ au processus de listage et de rétablissement pour les espèces identifiées comme étant en péril, il fournit aussi des échéanciers dans la mesure du possible.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada (2020-12-22)

    Le ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de l’Agence Parcs Canada est le ministre compétent en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) à l’égard du caribou des bois, population boréale (aussi appelé « caribou boreal »). En octobre 2012, le ministre a élaboré un programme de rétablissement de l’espèce, aux termes de l’article 37, qui n’incluait pas la désignation de l’habitat essentiel dans l’aire de répartition du Bouclier boréal (SK1), dans le nord de la Saskatchewan, en raison d’un manque de données. En vertu de l’article 45 de la LEP, le ministre compétent peut modifier en tout temps un programme de rétablissement. Cette version modifiée du Programme de rétablissement du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada vise : à désigner l’habitat essentiel dans l’aire de répartition du Bouclier boréal (SK1), dans le nord de la Saskatchewan; à mettre à jour les données sur l’état des populations et de l’habitat pour toutes les aires de répartition au Canada, d’après les données déjà publiées; à apporter d’autres modifications mineures afin de mettre à jour l’information factuelle ou d’améliorer la cohérence du document. Dans la mesure du possible, cette version modifiée du programme de rétablissement a été préparée en collaboration avec le gouvernement de la Saskatchewan et les organisations autochtones directement touchées, conformément au paragraphe 39(1) de la LEP. Le programme de rétablissement modifié du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) population boréale, au Canada, 2020 final remplace le Programme de rétablissement du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada de 2012. Un rapport sommaire sur les commentaires reçus au sujet du programme de rétablissement modifié proposé a été élaboré pour résumer et répondre aux principaux commentaires reçus au cours de la période de commentaires du public.

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada Pukaskwa (2017-04-28)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada Pukaskwa couvre les terres et les eaux se trouvant à l’intérieur des limites du parc national du Canada Pukaskwa. Le présent plan satisfait aux exigences concernant les plans d’action fixées dans la Loi sur les espèces en péril (LEP; article 47) pour les espèces qui requièrent un plan d’action et qui sont présentes de façon régulière dans ces sites. Les mesures décrites dans le plan vont également entraîner des avantages pour d’autres espèces régulièrement présentes dans le parc national Pukaskwa (PNP) pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.
  • Plan d’action visant le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada : Mesures fédérales (2018-02-13)

    Le caribou boréal est une espèce emblématique, mais menacée, au Canada. Elle revêt une importance particulière pour les peuples autochtones et les autres Canadiens et Canadiennes; son déclin continu nous concerne tous. En outre, le caribou boréal est considéré par plusieurs comme un indicateur de l'état général de l'écosystème de la forêt boréale au Canada. Le rétablissement de cette espèce exige un engagement, une collaboration et une coopération sans précédent des différents groupes concernés par sa conservation.

Déclaration sur l'habitat essentiel

Rapports sur l'habitat essentiel

  • Rapport sur l’habitat essentiel non protégé du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada (2018-04-30)

    Le caribou des bois, population boréale (aussi appelé caribou boréal), a été inscrit à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) à titre d’espèce menacée en juin 2003, au moment de l’entrée en vigueur de la LEP. Ce rapport présente un résumé des mesures actuellement en place pour protéger l’habitat essentiel du caribou boréal en vertu de lois fédérales, provinciales et territoriales, ainsi qu’un résumé des mesures déjà prises ou en train d’être prises par les gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral pour protéger l’habitat essentiel. La ministre de l’Environnement et du Changement climatique a préparé ce rapport avec l’apport de responsables provinciaux et territoriaux qui ont eu l’occasion de l’examiner, mettant en évidence l’engagement et la collaboration sans précédent nécessaires au rétablissement de l’espèce.
  • Rapport sur les mesures prises pour protéger l'habitat essentiel du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada (2019-06-28)

    La Loi sur les espèces en péril (LEP) impose à la ministre de l’Environnement et du Changement climatique de faire rapport sur les mesures prises pour protéger des parties de l’habitat essentiel pour chaque période de 180 jours, et ce, jusqu’à ce que l’habitat soit protégé. Ce deuxième rapport sur les mesures prises pour protéger l’habitat essentiel du caribou boréal présente un résumé des mesures prises qui sont pertinentes pour la protection de l’habitat essentiel de l’espèce et qui aideront à atteindre les objectifs du programme de rétablissement fédéral.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2014-2015 (2015-11-20)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la présente année de déclaration (d’octobre 2014 à septembre 2015), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première, du 23 au 28 novembre 2014, et la deuxième, du 27 avril au 1er mai 2015. Pendant cette période, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 1 En voie de disparition : 21 Menacées : 11 Préoccupantes : 21 Données insuffisantes : 1 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 24 de ces espèces a confirmé la même situation de risque que l’évaluation précédente.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission du permis(#38101 & 38124), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-02-22)

    Dans le cadre du programme de surveillance à long terme de la population boréale de caribous des bois dans le Sud du Labrador, nos chercheurs tiendront un recensement de la harde des monts Mealy au cours de l'hiver 2019. Ce recensement sera fondé sur des transects aériens et des échantillonnages liés à la distance. Deux hélicoptères (travaillant séparément) survoleront des lignes de transect dans des zones où les caribous présentent une densité élevée, moyenne et faible (selon les données fournies antérieurement par les colliers GPS et les résultats du recensement de 2012). Outre le recensement de la population, les chercheurs procéderont à la capture de 35 individus (dont 30 femelles) et les dotera d'un collier, afin d'obtenir de l'information à jour sur la dynamique et les déplacements de la population, son profil d'occupation de l'habitat, son taux de survie et ses sources de mortalité, dans le but de faciliter la planification du rétablissement. L'objectif premier du recensement consiste à produire une nouvelle estimation de l'effectif de la harde des monts Mealy et à en déterminer les conditions démographiques actuelles (c.-à-d. niveau de recrutement). De plus, ces travaux contribueront : (i) à la détermination des menaces; (ii) à la surveillance continue de l'abondance et des tendances démographiques de la population; (iii) à la collecte de données sur les indices vitaux et la dynamique de la population; (iv) à une meilleure compréhension de l'aire de répartition, des déplacements, du profil d'occupation de l'habitat et des affiliations entre groupes; (v) à l'intendance communautaire de la harde par les Autochtones; (vi) aux efforts déployés pour protéger le caribou contre les pressions exercées par la chasse illégale. Ces renseignements sont nécessaires à l'élaboration et à la mise en ouvre des plans de rétablissement ainsi qu'à la protection de la population. Le recensement aura lieu dans la partie du territoire de la harde des monts Mealy qui se trouve à l'intérieur de la réserve de parc national Akami-Uapishku - KakKasuak - Monts-Mealy (RPNAUKMM), et il englobera aussi de vastes secteurs des terres provinciales adjacentes, de manière à couvrir toute l'aire de répartition de la harde. Certaines composantes du projet prévoient la capture et le harcèlement d'individus de la population boréale, qui est inscrite à la LEP à titre d'espèce menacée.
  • Raison pour l'émission du permis(#42603), en vertu de l'article 73 de la LEP (2020-03-13)

    Dans le cadre de la surveillance établie à long terme du caribou boréal dans le sud du Labrador, des relevés annuels de classification printanière seront effectués de 2020 à 2023. Au cours des relevés de classification, les caribous qui ont des colliers seront localisés via un retour d'onde radios à partir d'un hélicoptère, puis la taille du groupe et le petit les ratios de femelles adultes seront évalués à partir d'un seul survol à basse altitude du groupe. En plus de l'inventaire de population, des captures et des poses de colliers seront effectués chaque printemps dans le but de maintenir un échantillon de 35 individus avec des colliers (dont 30 femelles). En 2020, il est prévu que cela inclura des colliers pour 6 à 10 caribous dans la réserve de parc national Akami - Uapishku - KakKasuak - Montagnes Mealy (AUKMMNPR), et probablement un nombre similaire chaque année par la suite. Cela fournira des informations à jour sur la dynamique des populations, les mouvements, l'utilisation de l'habitat, la survie et les sources de mortalité, le tout à l'appui de la planification du rétablissement. L'objectif principal de ces inventaires de classification est de suivre le niveau annuel de recrutement. En outre, ces travaux contribueront à: (i) une identification des menaces; (ii) surveillance continue de l'abondance et des tendances de la population; (iii) des informations sur les taux de vitalité et la dynamique de la population; (iv) une meilleure compréhension de la délimitation des aires de répartition, des déplacements, de l'utilisation de l'habitat et des affiliations de groupes; (v) l'intendance communautaire autochtone; et (vi) soutenir les efforts de protection du caribou contre les pressions de la chasse illégale. Ces informations sont nécessaires dans le cadre de la planification du rétablissement, de la mise en ouvre et des efforts de protection de la population. La recherche comprendra la partie de l'aire de répartition du caribou du mont Mealy dans la réserve de parc national Akami - Uapishku - KakKasuak - Montagnes Mealy (AUKMMNPR) ainsi que de vastes zones adjacentes de terres provinciales couvrant toute l'étendue géographique de l'aire de répartition du troupeau. Les composantes de ce projet comprendront la capture et le harcèlement des individus du caribou boréal, inscrit comme menacé en vertu de la LEP.
  • Raison pour l'émission du permis(#741), en vertu de l'article 74 de la LEP (2005-01-01)

    La conservation du caribou des bois nécessite l'élaboration de stratégies de gestion des terres qui, non seulement préservent l'habitat du caribou, mais préservent également la connectivité entre les habitats dans le but de faciliter les mouvements du caribou dans l'ensemble d'un paysage (O'Brien et al. 2003). Des recherches sont nécessaires pour pouvoir déterminer ce qui constitue un habitat du caribou des bois de grande qualité dans l'écorégion des hautes terres boréales du centre. En outre, les paramètres des coûts de déplacement doivent être examinés de plus près. Ces deux éléments nécessitent des données à petite échelle qui peuvent être recueillies à l'aide de colliers GPS et de travaux sur le terrain. Chaque année, jusqu'à 20 colliers GPS seront posés sur des caribous ou remplacés dans le grand écosystème du parc national de Prince-Albert et ce, à compter de janvier 2005. Des caribous seront « capturés » à l'aide d'un lance-filet. Ce permis vise la partie de la recherche qui sera menée au parc national du Canada de Prince-Albert. Des données seront recueillies pendant trois ans. Les piles des colliers devront être remplacées chaque année, ce qui signifie que les animaux devront être capturés de nouveau.
  • Raison pour l'émission du permis(#PNP-2018-01), en vertu de l'article 74 de la LEP (2018-01-12)

    Les activités de relâchement et de recapture d'urgence d'un nombre de caribous allant jusqu'à quatre (4) individus seront mises en ouvre uniquement dans le parc national Pukaskwa à la suite d'une situation d'urgence durant le vol destiné à leur déplacement de l'île Michipicoten vers les îles Slate (p.ex. défaillance mécanique de l'hélicoptère, conditions météorologiques dangereuses non prévisibles) ne laissant aucune autre solution de rechange. En raison de la nature urgente de cette activité, le site du relâchement sera déterminé durant le vol par le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario (MRNFO) mais sera restreint aux îles proches du littoral (p.ex. île Otter) et aux zones côtières (c.-à-d. à l'intérieur de 5 km du littoral du lac Supérieur). Les sites de recapture dépendront des déplacements des caribous relâchés, et les sites potentiels se retrouvent dans l'ensemble du parc national Pukaskwa. Tous les caribous relâchés seront marqués individuellement (p.ex. collier, étiquette d'oreille). Le MRNFO procédera à la recapture des caribous aussitôt qu'il sera sécuritaire de le faire, de préférence après quelques jours, et déplacera les animaux vers les îles Slate.
  • Raison pour l'émission du permis(#PNP-2018-27437), en vertu de l'article 74 de la LEP (2018-03-05)

    On procédera à un recensement aérien des caribous sur un tronçon de 130 km de l'emprise d'une société d'hydroélectricité, à partir de l'extrémité nord du parc national du Canada Pukaskwa jusqu'à un point situé immédiatement à l'est de Wawa (voir la carte en pièce jointe). En tout, on prévoit de procéder à 56 transects perpendiculaires à l'emprise d'hydroélectricité, dont 25 traverseront le parc national. Les transects se prolongeront sur 10 km de chaque côté de l'emprise. Les recensements aériens se feront par hélicoptère à une altitude de 100 à 200 m. Lorsque des caribous seront repérés, l'hélicoptère contournera les animaux pour que l'on puisse déterminer, si possible, leur tranche d'âge et leur sexe. En se fondant sur l'expérience antérieure de ce type de recensement, les caribous vont vraisemblablement de disperser à l'approche de l'hélicoptère.
  • Raison pour l'émission du permis(#WB-2017-25366), en vertu de l'article 74 de la LEP (2017-07-31)

    Les activités menées dans le parc national Wood Buffalo s'inscrivent dans le cadre du programme de surveillance du caribou boréal et du loup de la région du South Slave administré par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. La tenue de cette activité nécessite une autorisation pour la collecte d'échantillons biologiques sur la carcasse de tout caribou portant un collier trouvé mort dans les limites du parc national Wood Buffalo afin de pouvoir déterminer (dans la mesure du possible) la cause du décès.

Documents de consultation

Politiques et lignes directrices

  • Document d'orientation sur les plans par aires de répartition du caribou des bois, population boréale (2016-09-19)

    Le présent document fait partie d’un ensemble de politiques et  de lignes directrices de la Loi sur les espèces en péril (LEP) élaborées pour appuyer la mise en œuvre prévisible, claire et uniforme de la Loi. Ces lignes directrices traitent d’aspects clés du cycle de la LEP. Elles sont conçues pour faciliter l’interprétation des dispositions de la Loi par les entités administratives, les organisations et les communautés autochtones, et les intervenants et pour énoncer clairement comment le gouvernement du Canada ou Environnement et Changement Climatique Canada honore ses engagements dans le cadre de la LEP.

Fiches d'information

  • Programme de rétablissement du caribou boréal - fiche résumé (2013-03-26)

    Le caribou des bois, population boréale (« caribou boréal »), est inscrit en tant qu'espèce menacée aux termes de la Loi sur les espèces en péril. Le programme de rétablissement final du caribou boréal a été publié le 5 octobre 2012 dans le Registre public des espèces en péril. Cette fiche résumé offre une vue d’ensemble du programme de rétablissement du caribou boréal, y compris les renseignements sur les objectifs en matière de population et de répartition, la désignation de l’habitat essentiel et les prochaines étapes du rétablissement du caribou boréal.

Renseignements connexes

  • Analyse approfondie pour appuyer la planification des aires de répartition du caribou et la planification des mesures à l’échelle régionale (2016-08-04)

    Ce document décrit les nouveaux travaux de science qui seront dirigés par la Direction générale des sciences et de la technologie d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), en collaboration avec le Service canadien de la faune (ECCC) et le Service canadien des forêts, Ressources naturelles Canada (RNCan). En 2011, Environnement et Changement climatique Canada a diffusé une évaluation scientifique qui évaluait la contribution des perturbations naturelles (incendies) et anthropiques (activités industrielles) à la condition des aires de répartition, et la probabilité de diverses conditions des aires de répartition nécessaires au maintien des populations de caribou boréal autosuffisantes. Ce projet vise à mieux saisir le lien entre les perturbations et la réponse de la population de caribous boréaux, et à éclairer la portée et la planification des mesures. Ce projet, qui ne changera rien à la désignation de l’habitat essentiel dans le Programme de rétablissement du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada, a plutôt pour objectif de fournir des directives supplémentaires quant aux meilleures pratiques de gestion à appliquer sur le terrain afin d’avoir le plus d’effet pour les caribous boréaux.
  • Avis public concernant le nouvel examen fait par le ministre de l'Environnement au sujet du décret d'urgence (2012-03-08)

    Tel que stipulé par la Cour fédérale le 13 janvier 2012, le ministre de l’Environnement a révisé sa décision concernant la possibilité qu’une menace imminente pèse sur la survie ou le rétablissement du caribou boréal. La première décision du Ministre a été renversée par la Cour fédérale le 28 juillet 2011 et la cause lui a été retournée pour qu’il la prenne de nouveau en considération.
  • Ce que les gens ont dit sur le programme de rétablissement proposé du caribou boréal (2013-03-26)

    Le programme de rétablissement proposé du caribou des bois, population boréale (« caribou boréal »), a été publié le 26 août 2011 dans le Registre public des espèces en péril, pour une période de commentaires prolongée qui s’est terminée le 22 février 2012. Nous avons reçu 19 046 commentaires de la part du public, des collectivités et des organismes autochtones, des gouvernements, des intervenants de l’industrie, des organisations non gouvernementales environnementales et du milieu universitaire. Ce document résume le processus d’engagement, les commentaires reçus et les changements apportés au programme de rétablissement proposé avant sa finalisation et sa publication dans le Registre public des espèces en péril le 5 octobre 2012.
  • Définition de la restauration de l'habitat du caribou boréal dans le contexte d'un rétablissement national : document de travail (2016-01-08)

    Remarque : Ce document de travail a été réalisé par Justina Ray (Ph.D.), en vertu d'un contrat pour Environnement et Changement climatique Canada. Les points de vue exprimés dans ce document de travail sont propres à l’auteur, et ne reflètent pas nécessairement les points de vue d’Environnement et Changement climatique Canada, ou ceux du gouvernement du Canada.
  • Évaluation scientifique aux fins de la désignation de l’habitat essentiel de la population boréale du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada : Mise à jour 2011 (2011-08-26)

    Le présent rapport est le compte rendu de travaux réalisés à l’appui de la désignation de l’habitat essentiel de la population boréale du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada, démarche nécessaire à la préparation d’un programme national de rétablissement pour cette espèce en application de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral. Pour votre information Les annexes de L’ Évaluation scientifique aux fins de la désignation de l’habitat essentiel de la population boréale du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada : Mise à jour 2011 sont maintenant disponibles auprès d’Environnement Canada Les annexes font partis du rapport scientifique 2011 qui décrit le travaux réalisés à l’appui de la désignation de l’habitat essentiel de la population boréale du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada, démarche nécessaire à la préparation d’un programme national de rétablissement pour cette espèce en application de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral. Le rapport est disponible sur le site Web du Registre public, et les annexes en format pdf peuvent être obtenues sur demande, par courrier électronique. Planification du rétablissement Environnement Canada Place Vincent Massey, 4e étage 351 boul. St-Joseph Gatineau, QC K1A 0H3 Envoyer courriel
  • Examen scientifique aux fins de la désignation de l’habitat essentiel de la population boréale du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada (2009-04-09)

    L’Examen scientifique pour la désignation de l’habitat essentiel de la population boréale du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) au Canada a été effectué dans le but d’éclairer l’élaboration d’un programme de rétablissement pour cette population de caribous. Veuillez soumettre vos commentaires d'ici le 8 juin 2009.
  • Rapport sommaire des commentaires reçus sur le Programme de rétablissement modifié du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada [Proposition] (2020-12-22)

    Le programme de rétablissement modifié pour le caribou des bois (caribou de Rangifer tarandus), population boréale, au Canada [proposition], a été affiché au Registre public des espèces en péril le 28 juin 2019, pour une période de commentaires publics de 60 jours qui s’est terminée le 27 août 2019. Au cours de la période de consultation publique, cinq commentaires écrits ont été reçus, un d’une organisation autochtone et quatre d’intervenants de l’industrie. Ce document résume le processus d’engagement, les commentaires reçus et la réponse d’Environnement et Changement climatique Canada à ces commentaires. Le programme de rétablissement final modifié a été affiché au Registre public des espèces en péril le 22 décembre 2020.
  • Rapport sommaire sur les commentaires reçus sur le Plan d’action proposé pour le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada : Mesures fédérales (2018-02-13)

    Le Plan d’action visant le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada – Mesures fédérales [Proposition] a été affiché dans le Registre public des espèces en péril le 27 juillet 2017 pour une période de consultation publique de 60 jours qui s’est terminée le 25 septembre 2017. Au total, plus de 80 commentaires écrits ont été reçus des provinces et territoires, des conseils de gestion des ressources fauniques, des peuples autochtones, des administrations municipales, des intervenants et des particuliers. Ce document résume les grands thèmes des commentaires reçus ainsi que les changements apportés au plan d’action proposé avant la finalisation et la publication de ce dernier dans le Registre public des espèces en péril le 13 février 2018.
  • Rapports sommaires des connaissances traditionnelles autochtones concernant la population boréale du caribou des bois (2011-09-19)

    Le présent rapport est un recueil des rapports sommaires traitant des connaissances traditionnelles autochtones. Ces rapports sommaires, remis à Environnement Canada, proviennent de l’ensemble du pays et n’ont fait l’objet d’aucune modification ou interprétation. Lorsque les groupes et organismes autochtones ne désiraient pas que leur information soit présentée dans ce rapport de compilation public, une page de remerciement a été insérée pour reconnaître le travail et les contributions de ces détenteurs de connaissances. Les connaissances traditionnelles autochtones figurant dans ces rapports sommaires ont été recueillies aux fins du rétablissement du caribou boréal.
  • Science à l'appui du rétablissement du caribou boréal - Sommaire scientifique no 1 (2019-06-28)

    Ce document sommaire est le premier d’une série de sommaires scientifiques en préparation dont le but est de communiquer les travaux scientifiques entrepris par Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires afin d’orienter le rétablissement du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada. Le sommaire présente les résultats d’une méta-analyse nationale qui a étudié, dans le cadre de l’évaluation scientifique de 2011, la relation entre le recrutement de faons et un éventail de variables explicatives présumées avoir une influence sur la dynamique des populations de caribous boréaux. La relation recrutement-perturbation tirée de cette analyse était une composante importante de l’outil mis au point pour quantifier la capacité d’une aire de répartition à maintenir une population autosuffisante en fonction de l’état de l’habitat décrite dans le Programme de rétablissement du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou), population boréale, au Canada. Le sommaire présente également des études plus récentes qui ont permis d’examiner les lacunes dans les connaissances soulignées dans le calendrier des études du programme de rétablissement en ce qui concerne la nécessité d’étudier de manière approfondie l’applicabilité du modèle de perturbation dans l’aire de répartition du bouclier boréal de la Saskatchewan (SK1). Pour en savoir plus, veuillez consulter l’évaluation scientifique de 2011, le programme de rétablissement de 2012 et le programme de rétablissement modifié de 2019 pour l’espèce (voir liens ci-dessous).

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel

Décrets visant l'habitat essentiel

  • Arrêté visant l’habitat essentiel du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) population boréale (2019-06-26)

    On fait généralement référence à la population boréale du caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) en tant que « caribou boréal ». Comme tous les caribous des bois, le caribou boréal est un membre de la famille des cervidés de taille moyenne. Le caribou boréal est réparti dans l’ensemble du Canada, dans sept provinces et deux territoires, depuis le nord-est du Yukon jusqu’au Labrador vers l’est, ainsi que jusqu’au lac Supérieur en Ontario vers le sud.
Date de modification :